Le LaCie Internet Space est un NAS tout publique, qui à l’époque était plutôt intéressant et assez esthétique. Seulement rien que dans le nom, ça va pas. Il s’appelle Internet Space. Qui dit internet, dit serveur distant, et donc si vous n’avez toujours pas compris, ce NAS est un genre de semi-cloud. En gros les documents sont stocker chez vous, sur le NAS, mais vous pouvez y accéder depuis le site de LaCie. Conséquence de cela ? C’est horriblement lent. Pour un appareil qui est dans votre propre réseau, c’est désespérant de voire autant de lenteur, car chaque requête que l’on fait sur le NAS passe par les serveurs de LaCie et revienne sur le NAS et passant par le Box etc.

J’ai donc décidé de jeter un œil sur ce NAS et regarder d’un peu plus près comment il fonctionnais. Dans le but ultime d’obtenir un accès SSH.

En faisant un scanne des ports ouvert sur la bête, on trouve le port 22. Je me suis donc dit que SSH était déjà activé, alors j’ai testé:

ssh [email protected]
Password:

Ok, la c’est sur il est activé. Mais alors le mot de passe c’est quoi ? Et bien la c’est tout de suite plus compliqué sans démonté le NAS. Alors je l’ai démonté.

Démontage

Le démontage ce fait plutôt facilement, il n’y a aucune vis. Seulement des maudis clipse, mais pour une fois ils sont relativement solide.

On met des leviers un peu partout...

On déclipse le tout, en mettant des cales un peu partout autour du plastique et on s’en sert comme levier.

Tada !

Ensuite il suffit de tirer sur la parti noir en métal et tout le capot se retire. Plutôt simple non ?

Et hop, on le déshabille

Et voila, un NAS tout nu! On remarque donc que c’est un disque dur SATA de chez Hitachi

C'est un disque dur !

Bon maintenant qu’on a démonté cette chose, on fait quoi ? Et bien j’ai tout simplement prit le disque dur et je l’ai branché sur un PC avec un adaptateur USB/SATA mais il est tout a fait possible de le brancher en SATA sur une carte mère classique.

Qu’es qu’il y a sur ce disque dur ?

Et bien tout d’abord c’est une Linux , rien de plus normal pour un système embarqué de type NAS. Donc qui dit Linux, dit partition en EXT alors bye bye Windows qui n’est pas capable de lire se genre de partitions.

Voila les partitions qu’on obtient depuis une machine Linux:

$ sudo file -sL /dev/sdc
/dev/sdc: x86 boot sector
/dev/sdc1: Linux rev 1.0 ext3 filesystem data (needs journal recovery) (large files)
/dev/sdc2: Linux/i386 swap file (new style) 1 (4K pages) size 132535 pages
/dev/sdc3: Linux rev 1.0 ext3 filesystem data (needs journal recovery) (large files)
/dev/sdc4: x86 boot sector, extended partition table
/dev/sdc5: data
/dev/sdc6: PPCBoot image
/dev/sdc7: Linux rev 1.0 ext3 filesystem data

C’est donc déjà le gros bordel. Cependant, la partition sdc7 est contient le système de fichier, on va donc la monter.

$ mkdir Media/Lacie
$ cd Media
$ sudo mount /dev/sdc7 Lacie/
$ cd Lacie

Voila ! On a enfin accès à ce fichu NAS ! On fait quoi maintenant ? On ajoute la clef publique SSH de votre ordinateur ! Alors c’est parti:

$ cd root/.ssh 
$ nano autorized_keys

Il suffit donc d’ajouter votre clef publique SSH au fichier authorized_keys. En générale cette clef ce trouve dans ~/.ssh/idrsa.pub mais si vous ne l’avez pas utiliser la commande ssh-keygen

Voila, maintenant qu’on a notre clef dans le fichier, on oublie pas de modifier les permissions:

$ sudo chgrp root authorized_keys
$ sudo chown root authorized_keys

On remet le disque dur dans le NAS puis on le branche. On attend un peu que le système démarre, et quand on le voit sur le réseau on recommence la commande de tout à l’heure:

$ ssh [email protected]
Axentra HipServ version 10.0.x
-bash-3.00#

Et voila ! C’est magique non ? Maintenant un petit coup de passwd pour changer le mot de passe root comme ça vous pourrez vous connecter en SSH depuis n’importe quelle PC sans avoir besoin d’ajouter la clef publique !